En regardant Tika éprouver tant de difficultés aujourd’hui, cherchant des recoins pour se cacher, fuyant tout contact pour s’isoler, je repense à…

En regardant Tika éprouver tant de difficultés aujourd’hui, cherchant des recoins pour se cacher, fuyant tout contact pour s’isoler, je repense à Karen Blixen et à ses merveilleuses histoires qu’elle pouvait conter des heures à partir d’une “simple” phrase. Je pense aussi et surtout à ces gens qui vivent en Afrique, quelque part du côté du Kenya et que j’ai entendu parler d’un animal majestueux. Quelque part dans la réserve de Masaï Mara, certains aperçoivent certains soirs un lion d’une beauté rare. J’ai pu l’admirer en photo. Sa crinière est magnifique, plus claire par endroits et plus sombre à la base de son cou musclé. Il a comme une mèche noire dans sa si dense crinière. Sur sa tête mais aussi certaines parties de son corps, l’histoire de sa vie est inscrite, d’innombrables cicatrices en sont les témoins muets, de ces combats menés pour préserver son territoire, sa tribu. Il lui en a fallu du courage pour affronter les plus jeunes lions, résister à leurs assauts, garder la tête haute, le geste vif, la patte agile. Je n’ai jamais eu la chance de le voir mais la façon dont les personnes qui l’ont approché parlent de lui me fait dire qu’il est tel un vieux sage, un griot africain. Je sais que cet été, il a été vu sur les collines de Masai Mara, certes plus ralenti, le regard usé, les dents abîmées mais la tête droite, une façon de rester ainsi aux milieu des herbes jaunies par la chaleur, avec dignité. Là-bas tout le monde l’appelle Scareface.
Et j’avoue que ce soir en regardant Tika tenter de fermer sa gueule encore meurtrie, je me dis qu’elle aussi fait partie de ces scareface,de cette race de félins combatifs et magnifiques. Le monde animal illustre souvent ce que nous pouvons traverser d’épreuves au cours de nos vies. Les cicatrices ne sont pas forcément visibles mais chacun fait du mieux qu’il peut. Douce soirée. I had a scarface cat……

Voilà, voilà

Voilà, voilà. …. Heureusement que notre super vétérinaire à Mornant est au top. Il a fait de la “haute couture” mais Tika ne défilera pas. Elle est en état de choc et épuisée. On verra demain pour l alimenter. T inquiète pas mon amoureux, je prends soin d elle en attendant ton retour.

Les voeux d’Ariane Mnouchkine de 2014 que je reçois ce jour grâce à Marianne Souliez

Les voeux d’Ariane Mnouchkine de 2014 que je reçois ce jour grâce à Marianne Souliez. On ne peut plus actuel, on ne peut plus en résonance avec ce que j’essaie aussi de porter dans mon livre qui sort ce jour. Je les reçois comme un grand présent <3 Merci Marianne.
« « Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,
À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.
Une fois dit ça… qu’ai-je dit ? Que souhaité-je vraiment ?
Je m’explique :
Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.
D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.
Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.
Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers.
Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public”.
Je crois que j’ose parler de la démocratie.
Être consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.
Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance.
L’État, en l’occurrence, c’est nous.
Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence.
Ajoutons partout, à celles qui existent déjà, des petites zones libres.
Oui, de ces petits exemples courageux qui incitent au courage créatif.
Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Scrutons nos éprouvettes minuscules ou nos alambics énormes afin de progresser concrètement dans notre recherche d’une meilleure société humaine. Car c’est du minuscule au cosmique que ce travail nous entraînera et entraîne déjà ceux qui s’y confrontent. Comme les poètes qui savent qu’il faut, tantôt écrire une ode à la tomate ou à la soupe de congre, tantôt écrire Les Châtiments. Sauver une herbe médicinale en Amazonie, garantir aux femmes la liberté, l’égalité, la vie souvent.
Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tous premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs.
Il faut qu’ils sachent que, ô merveille, ils ont une œuvre, faite de mille œuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants.
Disons-le, haut et fort, car, beaucoup d’entre eux ont entendu le contraire, et je crois, moi, que cela les désespère.
Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient.
Qu’attendons-nous ? L’année 2014 ? La voici.
PS : Les deux poètes cités sont évidemment Pablo Neruda et Victor Hugo. »
Ariane Mnouchkine”

Des «fermes à sang»

Des «fermes à sang». Leur business ? Prélever du sang sur des juments enceintes. Durant leur gestation, entre le 40e et le 120e jour environ, les juments produisent une hormone spécifique qui intéresse beaucoup l’industrie pharmaceutique ; une hormone largement utilisée dans les élevages car elle permet de programmer les naissances (des cochons notamment). Après le prélèvement, on les fait avorter. En boucle, jusqu’à la mort.

La Base aérienne 105 fêtait ce matin ses 50 ans d’existence ! Un demi-siècle après, la Base demeure l’un des plus grands symboles d’Evreux…

La Base aérienne 105 fêtait ce matin ses 50 ans d’existence ! Un demi-siècle après, la Base demeure l’un des plus grands symboles d’Evreux – avec la Cathédrale et le Beffroi – et chacun d’entre nous en éprouve un sentiment de fierté. Son développement se poursuit avec le projet Smart Base et la création d’une unité aérienne franco-allemande d’ici 2021.

Le Président de l’Association des Maires de France (AMF) soutient le mouvement du 4 octobre

Le Président de l’Association des Maires de France (AMF) soutient le mouvement du 4 octobre.
J’ai rencontré aujourd’hui François Baroin, président de l’Association des maires de France (AMF).
La rencontre a été l’occasion d’échanger sur l’avenir des collectivités locales et en particulier sur les conséquences des différentes annonces faites par l’Etat.
Le Président de l’AMF a exprimé son total soutien au mouvement du 4 octobre, lancé par l’Union des maires et des élus de l’Eure.
L’AMF va étudier les différentes propositions que nous avons énoncées, et son président en parlera, dès demain, aux instances nationales de l’association :
– Lancer un moratoire sur la suppression de la taxe d’habitation
– Lancer un débat national sur le périmètre du service public
– Conforter le rôle de l’Etat dans ses missions régaliennes

J’ai participé ce matin à l’inauguration de la plateforme COSMETOMIC@NORMANDIE à l’IUT d’Évreux

J’ai participé ce matin à l’inauguration de la plateforme COSMETOMIC@NORMANDIE à l’IUT d’Évreux. La sécurité et la performance des produits cosmétiques font partie de valeurs essentielles du Made in France que la Cosmetic Valley entend valoriser. A cet effet, le pôle de compétitivité a lancé en 2013 le réseau des plateformes COSMETOMICS qui permet aux entreprises de la filière d’accéder à des technologies de pointe et de participer au développement de nouveaux instruments et méthodes de tests et mesures. Les enjeux sont nombreux : caractériser le produit, étudier la peau, mesurer l’interaction peau-produit.